Sélectionner une page

Le tchoukball est un sport collectif qui mélange plusieurs disciplines, notamment la pelote basque, le volleyball et le handball. L’équipe peut être masculine, féminine ou encore mixte. Faites plus ample connaissance avec cette pratique chez la gent féminine.

L’histoire du tchoukball

Le tchoukball est un sport d’équipe créé vers les années 1960 par un médecin d’origine suisse du nom de Hermann Brandt. D’après ses études, il a constaté que la majorité des sports collectifs, si ce n’est l’intégralité, provoque un trop grand nombre de blessures plus ou moins graves dues aux contacts violents des opposants.

Le tchoukball féminin
Le tchoukball est un sport collectif où les contacts physiques entre les joueurs sont quasiment absents.

Il a côtoyé beaucoup d’athlètes de haut niveau issus de diverses disciplines collectives et qui ont subi des blessures tout au long de leur carrière. Il a donc décidé de créer un sport qui ne serait pas susceptible de traumatiser l’organisme en ne provoquant aucun contact direct entre chaque joueur. C’est ainsi que le tchoukball est né.

De ce fait, ce sport au nom insolite possède un but éducatif et pacifique. L’absence de toute forme d’agression corporelle en fait une discipline pouvant être à la fois pratiquée par les hommes, les femmes, les enfants et une équipe peut même être mixte.

Dans la conception du jeu, le docteur a choisi de mélanger plusieurs disciplines sportives afin d’en tirer le meilleur de chacune. Ainsi, la pelote basque pour le rebond, le handball pour les passes et les pas limités, et le volleyball, étant donné que la balle ne doit pas toucher le sol, sont les sports combinés dans le tchoukball.

Comment se joue le tchoukball ?

Maintenant que vous connaissez beaucoup plus sur l’origine du tchoukball, il est temps de découvrir la façon de jouer à ce jeu, notamment les règles de base qui le régissent.

Le principe du jeu

Le tchoukball est un sport collectif dont chaque équipe (unisexe ou mixte) se compose de 7 joueurs. Le terrain de jeu possède 27 m de long et 16 m de large, ce qui fait approximativement la taille d’un terrain de basketball.

En guise de but situé à chaque extrémité du terrain se trouve un trampoline incliné sur lequel les joueurs vont lancer le ballon. Atour de chaque trampoline est tracé un demi-cercle à la manière du terrain de handball.

Dans le cas des rencontres masculines, une partie se joue sur 3 tiers-temps de 15 minutes chacun, avec une pause de 5 minutes entre chaque tiers-temps. S’il s’agit d’une rencontre féminine, la durée est de 12 minutes pour chaque tiers-temps. Les jeunes, quant à eux, jouent 3 tiers-temps de 10 minutes chacun.

Le premier principe du tchoukball est de rendre le sport collectif éducatif et moins violent que la plupart de ses confrères. Il est accessible aussi bien aux grands qu’aux petits et le mélange des genres est permis.

Le tchoukball arbore ainsi un aspect plus convivial et plus familial. La détente et le loisir sont plus mis en avant, et la compétitivité vient en dernier lieu.

Le matériel nécessaire

Pour jouer au tchoukball, il vous faut la liste de matériels suivants :

  • 2 buts de tchoukball, c’est-à-dire les trampolines inclinés ;
  • 1 ballon de tchoukball ;
  • Des chasubles de sport, de préférence de couleurs différentes pour les deux équipes opposées ;
  • Des genouillères pour protéger les genoux lors de la réception après le lancer de la balle.

Les règles du jeu

Durant une partie de tchoukball, les joueurs de l’équipe en possession du ballon peuvent librement le lancer sur le trampoline sans que l’équipe adverse n’ait le droit de faire obstruction. Par contre, l’équipe qui « défend » doit tout faire pour éviter que le ballon ne touche le sol.

A la découverte du tchoukball féminin
Le tchoukball est un sport sans agressivité et repose sur un travail d’équipe

Ce qui est important en tchoukball, c’est la manière, pour l’équipe qui attaque, de s’organiser pour lancer de ballon de sorte que l’équipe adverse ait le plus de mal à prévoir le rebond de la balle. De leur côté, les joueurs qui défendent doivent savoir anticiper le coup des adversaires afin de récupérer le ballon avant qu’il ne touche le sol dans la limite du terrain.

L’absence d’agressivité laisse réellement place à la réflexion et à la psychologie d’équipe. Le tchoukball développe un sens du travail en équipe et un respect mutuel entre adversaires et coéquipiers. Ce sport est particulièrement conseillé aux jeunes dans le but de les éduquer à avoir un esprit non agressif, réfléchi et respectueux des autres.

L’attribution des points

Il existe divers moyens de marquer des points en tchoukball. Néanmoins, la seule manière directe d’en engranger est de lancer le ballon sur le trampoline et faire en sorte qu’il rebondisse sur le sol avant que les adversaires n’aient eu le temps de le rattraper.

Par contre, une attaque peut très vite se transformer en cauchemar et octroyer des points à l’équipe adverse dans les cas suivants :

  • Le tireur ne touche pas le trampoline lorsqu’il lance la balle ;
  • Une fois que la balle rebondit sur le trampoline, elle atterrit à l’intérieur du demi-cercle ;
  • La balle touche la zone du demi-cercle avant de rebondir sur le trampoline ;
  • La balle atterrit hors de la zone du terrain après le rebond ;
  • La balle touche le lanceur après avoir rebondi.

Les fautes

Bien que le tchoukball soit un sport sans contact direct entre joueurs, il existe un système de fautes sanctionnées par les arbitres. Voici les fautes les plus fréquentes :

  • Le joueur ayant la balle se déplace en dribblant ;
  • Le joueur en possession de la balle effectue plus de 3 pas avant de passer ou de lancer ;
  • L’équipe effectue plus de 3 passes avant de tirer au but ;
  • L’équipe laisse tomber le ballon ;
  • Un joueur gêne l’adversaire lors de son action de jeu ;
  • Un joueur garde la balle plus de 3 secondes ;
  • Un joueur récupère la balle tirée vers le but par un autre membre de son équipe ;
  • Une équipe tire plus de 3 fois consécutivement sur le même trampoline. Il n’existe pas de but fixe à une équipe comme au football ou au handball, mais il faut varier au moins tous les deux tirs.

Le tchoukball féminin

Bien sûr, le tchoukball n’est pas encore très popularisé par rapport à d’autres sports collectifs comme le football, le basketball ou encore le volleyball. Néanmoins, il connaît un succès retentissant auprès de la gent féminine pour son aspect non agressif et convivial.

Le tchoukball féminin dans le monde

Le tchoukball est un sport à part entière et possède sa fédération internationale, appelée FITB et qui a été fondée en 1971. Elle possède son siège à Kaohsiung, Taiwan.

Il existe une quarantaine de pays qui possèdent une fédération nationale de tchoukball, dont la France. La Suisse est un des pays les plus en vue concernant ce sport, avec notamment l’organisation du premier Championnat du monde.

Le tchoukball féminin est aussi important que celui des hommes. Qu’il s’agisse des sélections nationales ou des clubs, la gent féminine est très bien représentée.

A la découverte du tchoukball féminin
Le tchoukball féminin est aussi important que le tchoukball masculin.

Le tchoukball féminin en France

En ce qui concerne le tchoukball féminin français, la sélection se classe dans le top 20 mondial. Ce classement est une très belle illustration de l’évolution de ce sport chez la gent féminine dans l’Hexagone.

Actuellement, de plus en plus de jeunes sont intéressés par ce sport et intègrent les centres de formation. Ce sont également les équipes des pays d’outre-mer, telles que la Réunion, qui sont parmi les actrices principales du tchoukball français.

Les compétitions internationales

Les compétitions internationales féminines sont nombreuses, qu’il s’agisse de compétitions européennes ou de championnats du monde. La fédération internationale de tchoukball est particulièrement active pour populariser au maximum le sport et sa pratique par la gent féminine.

Les clubs présents dans chaque pays sont également invités à monter leur équipe féminine en parallèle avec celle masculine afin de respecter l’aspect mixte et ouvert à tous de ce sport. Il est parfaitement envisageable que d’ici quelques années, de plus en plus de pays adhèrent à la fédération internationale en érigeant leur propre fédération nationale et élargissent les compétitions féminines internationales.